Ouvrir un PEA ou un Compte Titres ?

La première question que se posent les particuliers avant d’investir en bourse, c’est de savoir s’il faut ouvrir un compte titres ou un plan d’épargne actions (PEA). Les deux solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients. Dans les deux cas, il sera primordial d’avoir des connaissances pour ne pas investir de n’importe quelle façon.

Une fiscalité plus souple pour le PEA

Les taxations sont plus intéressantes pour le PEA dans certaines mesures. En effet, si vous achetez un lot d’actions d’entreprises françaises et que vous les gardez plus de 8 ans, vous n’aurez pas à payer d’impôt sur la plus-value.

Cet avantage vous oblige tout de même à bloquer votre argent durant toute cette période. D’ailleurs, le PEA dispose d’un plafond de dépôt contrairement au compte titres. En partant de ces constats, on peut donc voir que le PEA se destine davantage à une personne qui dispose d’autres sources de revenus et pour qui il n’y aura pas de réel impact de bloquer de grosses sommes d’argent pour plusieurs années.

Le compte titres permet plus d’opérations

Si vous souhaitez faire l’acquisition d’obligations, ça sera possible avec le compte titres, alors qu’avec le PEA, vous ne le pourrez pas. Par ailleurs, l’achat d’actions d’entreprises étrangères (hors U.E.) n’est pas possible avec un PEA. Vous avez donc une plus grande liberté de transactions avec le compte titres.

Pour quel support opter ?

Selon les investissements que vous ciblez, votre patrimoine, votre besoin de liquidité à court/moyen terme, il pourra être plus intéressant d’opter pour l’une ou l’autre des solutions.

Par exemple, si vous avez 50 000 euros à investir pendant 2 ans et que vous devrez les retirer après ces deux années, orientez-vous vers le compte titres. En revanche, si vous avez la même somme, que vous êtes sûr de ne pas en avoir besoin durant les 8 prochaines années, que vous n’allez pas investir sur des actions américaines (par exemple), alors, vous pourrez vous orienter vers le PEA qui offre plus d’avantages fiscaux.

Comments are closed.